31.12.02

Communiqué de la fédération nationale

Justice de proximité et réforme Sarkosy

Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur le 27 décembre 2002 - Photo Reuters - Philippe WojazerLes partisans du " détricotage " de la République veulent restaurer une justice d'un autre temps. Celle des baillages et des sénéchaussées où les hommes d'un " sheriff " remplaceraient la police républicaine.
La décentralisation/régionalisation inscrit comme concept constitutionnel le principe de subsidiarité dont on sait l'origine catholique et son adoption par les traités de l'Union européenne. Les pouvoirs répressifs, fonctions dites " régaliennes ", sont renforcés au détriment des missions d'intérêt général des services publics.

Privatisation de la justice
Le Garde des Sceaux, reprenant la manière de régler les problèmes de Mme Guigou, a présenté un projet de réforme incluant, en autre, une "justice de proximité ". Le projet devait être poussé à marche forcée, mais se heurte à une farouche résistance des magistrats. A ce jour, il est dans la navette parlementaire.
En France, l'indépendance des magistrats est garantie par leur statut d'agents de l'Etat. Or , sous prétexte de restaurer les juges de paix établis par la Révolution française, il s'agit en réalité d'une privatisation de la justice qui, de plus , s'articule avec le projet Sarkozy qui prévoit une privatisation de la police.
Cette entreprise de falsification qui nommerait des "juges provisoires", choisis en particulier parmi les "jeunes retraités" est, de l'avis même de ses promoteurs "une manière d'appliquer à l'organisation judiciaire le principe de subsidiarité". Payés à la vacation, ces " juges " de substitution aux magistrats professionnels formeront une couche de notables dont on peut imaginer les intérêts qu'ils représenteront et les garanties " d'impartialité " qu'ils apporteront. D'ailleurs, le Conseil d'Etat a déjà mis un holà
Cette justice " régionalisée " confierait aux notables des " pays " le soin de proposer ceux des leurs chargés de mettre la " populace " à la raison et de constituer la "police de proximité" pour faire respecter leurs décisions.

Privatisation de la police
Le projet Sarkozy, également en cours de discussion devant le Parlement, a de l'aveu même de son auteur davantage pour objectif de lutter contre le sentiment d'insécurité que contre l'insécurité elle-même. C'est donc au profit d'une manipulation politique qu'on s'en prendrait à des libertés essentielles.
- En réformant le code de procédure pénale pour permettre à la police de faire des actes d'instruction concernant les personnes (spécimen d'écriture, empreintes vocales?)
- En autorisant des fichiers informatisés dont le contenu pourra ultérieurement être utilisé "dans le cadre de mission de police administrative et de sécurité", c'est-à-dire en dehors de toute instruction pénale.
- En confiant aux préfets des missions de police judiciaire et en incluant dans ce dispositif jusqu'aux directions départementales du travail.
- En permettant aux policiers municipaux, aux ordres des maires, d'avoir accès aux fichiers d'informations nominatives.
- En accordant des prérogatives de maintien de l'ordre à des " milices privées " (entreprises de surveillance).
Alors que le projet de réforme constitutionnelle s'en prend à l'unité et à l'indivisibilité de la République, les ministres de la Justice et de l'Intérieur s'en prennent aux garanties données par les déclarations des droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 et 1793 : liberté d'aller et venir, liberté de réunion, sûreté individuelle, etc...

Il y a une logique dans cet ensemble qui associe privatisations, replis communautaires et préparation d'un climat de guerre civile.
La Fédération Nationale de la Libre Pensée considère que les réformes de la justice et de la police sont des atteintes flagrantes au caractère républicain de l'Etat et qu'elles constituent des privatisations inacceptables de mission de service public.
La Libre Pensée appelle donc tous les citoyens à manifester leur opposition à ces projets antidémocratiques et attentatoires aux libertés démocratiques les plus fondamentales.

9.12.02

Communiqué de la Libre Pensée nationale

La Libre Pensée reçue au Ministère de l'Education nationale

Le ministère de l'Education nationale, rue de Grennelle à ParisLa Fédération Nationale de la Libre Pensée a été reçue à sa demande par un représentant du Ministre de l'Education nationale le mercredi 27 novembre 2002. Nous avons abordé trois dossiers importants.

Proposition de loi Goulard :
Le 1er août 2002, le député François Goulard a déposé un texte visant à étendre les dispositions financières de la loi Falloux de 185O en matière de subventionnement des budgets d'équipement à toutes les écoles privées dans les communes n'ayant pas d'école primaire publique. La Libre Pensée a rappelé sa demande d'abrogation totale et définitive de cette loi antilaïque. Elle a rappelé que la loi Goblet du 30 octobre 1886 a abrogé le titre premier de cette loi scélérate, partie qui concernait l'enseignement primaire. La Libre Pensée a donc demandé au représentant du Ministère quelle était la position du gouvernement sur cette proposition de loi Goulard.
Le Ministère nous a clairement répondu que cette proposition n'avait pas été inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée et qu'il n'était pas dans les projets du Ministère de modifier les lois Falloux et Goblet. La Libre Pensée rappelle qu'une tentative de modifier l'article 69 de la loi Falloux avait fait descendre dans la rue un million de laïques le 16 janvier 1994.

Enseignement des religions à l'Ecole :
Nous avons demandé ce que le gouvernement pensait du rapport Debray. La Libre Pensée a dénoncé la formation conjointe en matière de religion organisée par l'institut catholique et l'IUFM de Clermont-Ferrand. Nous nous sommes inquiétés de la proposition de Régis Debray d'instituer des CAPES de religion sur tout le territoire.
La Libre Pensée a demandé si les représentants des religions participeraient à l'élaboration des programmes et à la formation des maîtres en IUFM. Elle a aussi attiré l'attention du Ministère sur le contenu ouvertement prosélyte d'un grand nombre de manuels scolaires qui n'ont aucun recul sur la religion chrétienne et dont les affirmations péremptoires sur l'existence de Jésus et de ses « miracles » confinent à l'endoctrinement pur et simple.
Le Ministère nous a indiqué qu'il n'avait pas été mis au courant préalablement de ce qui s'était passé à Clermont-Ferrand. Ce n'est pas comme cela que le ministère entend travailler sur ce dossier. Il a ajouté que cela ne se reproduira pas. Il nous a affirmé qu'il n'était pas question d'étendre les CAPES de religion, qui existent en Alsace Moselle depuis que Claude Allégre les a créés, au reste du territoire.
Le Ministère nous a répondu qu'il reprenait globalement à son compte le rapport de Régis Debray et qu'il en partageait les analyses et propositions. Il nous a répondu que l'élaboration des programmes et la formation des maîtres ne seront pas modifiés pour l'enseignement du fait religieux qui ne sera pas une discipline à part. Le Ministère se penchera sur la question du contenu des manuels scolaires.

Relations entre l'Etat et l'Eglise catholique :
La Libre Pensée a fortement critiqué l'entrevue entre Lionel Jospin, Premier Ministre à l'époque, et une délégation catholique conduite par l'ambassadeur du Vatican, le 12 février 2002. Cette réunion a débouché sur l'engagement de relations institutionnelles entre l'Etat et l'Eglise catholique. Le nouveau Premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, a déclaré maintenir cet engagement. La Libre Pensée exige le respect scrupuleux de la loi de séparation de 1905 et qu'il soit mis fin à cette violation flagrante de la laïcité républicaine. Elle s'est aussi inquiétée de la mise en place d'un groupe de travail entre l'enseignement catholique et le Ministère de l'Education nationale.
Le Ministère nous a indiqué que les relations entre l'Etat et l'Eglise n'étaient pas de sa compétence. Quant au groupe de travail, il ne s'agit que d'un groupe technique pour avoir des relations dans le cadre des lois existantes (Debré, Haby, Guermeur, Lang/Cloupet, etc.), notamment à propos du statut des maîtres. « Il n'y a pas de négociation entre l'Eglise catholique et le Ministère » a-t-il ajouté.

La Libre Pensée appelle tous les laïques et les organisations se réclamant de la laïcité à agir de concert pour faire respecter la laïcité et empêcher que le rapport clérical et antilaïque de Régis Debray soit mis en oeuvre.

4.12.02

Communiqué de la Libre Pensée nationale

Manifestation contre la guerre en Irak

SAMEDI 14 DECEMBRE 14.30 PLACE DE LA REPUBLIQUE A PARIS

COLLECTIF FRANÇAIS " PAS EN NOTRE NOM"

De jour en jour les préparatifs d'une intervention militaire en Irak se précisent:
"L'armée US installe son PC au Quatar où le Général Tommy Franks arrivera la semaine prochaine accompagné de 750 hommes et des chefs de l'armée de terre, de la marine et de l'aviation pour des manoeuvres de répétition de l'attaque contre l'Irak.(Le Monde 3 décembre)"
"Le Ministre des affaires etrangères du Quatar a déclaré lors d'une visite officielle en Egypte " Hélas, le retour des inspecteurs de l'ONU n'empêchera pas la guerre (AFP 1er décembre)"
Un nouveau navire de guerre Britannique venait de franchir le canal de Suez (Observer 1er décembre).
"Les inspecteurs ne trouveront rien en Irak. Cependant les Etats Unis ont prévu d'offrir de l'argent et le séjour à des savants Irakiens témoignant que l'Irak a dissimulé des stocks d'armes . Ceci permettra d'avoir l'aval de la communauté internationale ( Miami Herald 1er décembre)."
Devant les parlementaires britanniques, le conseiller de Georges Bush chargé de la sécurité - Richard Perls - a déclaré : " Même si les inspecteurs des Nations Unis ne trouvent pas d'armes, les USA attaqueront l'Irak" ( Daily Mirror 27 novembre)
" Selon des estimations informelles de plusieurs équipes du Congrès et d'instituts de Washington, le coût d'une invasion et d'une occupation de l'Irak s'établirait entre 100 et 200 milliards de dollars" (Washington Post 2 décembre )
Le gouvernement Britannique vient de débloquer une budget de guerre de 1 milliard de livres sterling (BBC).
Ainsi, quotidiennement, se prépare une opération de grande envergure engageant 250 000 hommes pour un coût total de 200 milliards de dollars.
Le Collectif français " Pas en notre nom " reprend à son compte l'appel contresigné par des milliers d'intellectuels, d'artistes, de citoyens Américains.
Avec eux nous disons: " nous prenons très au sérieux, les dirigeants des USA lorsqu'ils parlent d'une guerre qui durera toute une génération, et quand ils parlent d'un nouvel ordre intérieur".
" Nous refusons d'être associés à ces guerres et nous rejetons toute supposition qu'elles sont menées en notre nom ou pour notre bien. Nous tendons la main à ceux qui, à travers le monde, souffrent à cause de cette politique : nous montrerons notre solidarité par les mots et les actes ".
Le Collectif français " Pas en notre nom " considère qu'il n'y a rien de plus urgent que de réaliser l'unité la plus large contre cette guerre en préparation. Rien ne saurait s'opposer au rassemblement le plus large et sans conditions pour la cause sacrée que constitue la paix entre les peuples.
Le Collectif français " Pas en notre nom " a manifesté le 20 novembre dernier à l'appel de la campagne Américaine " Not in Our Name" . A l'issue de cette manifestation, les milliers de participants ont, à la suite de leurs correspondants américains , prêté le serment de poursuivre leur action pour empêcher cette guerre et de répondre à tout appel à manifester contre l'intervention militaire en Irak .
Le Collectif français " Pas en notre nom "appelle tous les hommes et les femmes épris de justice, de paix et de liberté à manifester leur opposition à l'intervention militaire qui se prépare contre l'Irak en participant à toutes les manifestations qui auront lieu le samedi 14 décembre en France et à se regrouper à Paris derrière la banderolle " Pas en notre nom".
Le Collectif français " Pas en notre nom " appelle toutes et tous a diffuser très largement l'appel " Pas en notre nom " qui, à ce jour, a recueilli plus de 1700 signatures d'intellectuels, d'artistes, de citoyens français et ainsi construire progressivement le vaste mouvement d'opinion qui seul peut faire obstacle à la guerre.

NON A LA GUERRE EN IRAK !
PAS DE SANG POUR LE PETROLE !

Pour toute correspondance :
Jean-Pierre Barrois, 56, av. Diderot 94100 St Maur
Email : barrois@univ-paris12.fr - Fax : 01 48 89 18 37
François Dominique, 74, rue de Velars, 21370 Plombières-Lès-Dijon
Email : aseroe@wanadoo.fr - Fax : 03 80 45 23 93
Subhi Toma E mail tomasubi@cybercable.fr fax 01 45 86 69 51
Pour l'édition de tracts , pour inviter en France nos amis américains, pour l'achat d'encarts publicitaires dans la presse, envoyez vos contributions financières à Dominique Gros/PNN
74, rue de Velars, 21370 Plombières lès Dijon
Communiqué de la Libre Pensée

Non au retour à l'ordre moral et au délit de blasphème

L'affiche du festival de Vienne À l'UMP, les discours républicains durent ce que durent les élections. Vient ensuite le temps des retrouvailles. Ainsi, au conseil régional Rhône-Alpes, la droite, toutes tendances confondues, des Chiraquiens à Maigret en passant par Million a rétabli le délit de blasphème.

Le prétexte, une affiche créée à l'occasion du festival de jazz de Vienne représentant un petit diablotin tétant un sein généreux dépassant d'une étoffe. Reprenant à son compte les élucubrations du clergé local, le MNR y a vu « une vierge noire » et donc une « affiche hideuse et diabolique » qui « dénature la maternité » et « porte atteinte aux convictions des chrétiens ».

Jugeant l'oeuvre « blasphématoire », le MNR a demandé que le vote de la subvention attribuée à ce festival soit lié à la mise au pilon de cette affiche. Il a été écouté. À quelques exceptions près, la droite a voté pour cette proposition, la gauche s'y opposant.

Comme elle le fait à chaque fois que la liberté de création est menacée, la Fédération Nationale de la Libre Pensée condamne avec vigueur cet acte de censure et assure de sa solidarité les organisateurs du festival de Vienne. Par ailleurs, elle relève qu'il ne s'agit là ni d'un acte isolé, ni le fruit d'une collusion de circonstance. Au contraire, il s'inscrit dans le cadre d'une campagne orchestrée : après le fantasme sécuritaire et la sarkosysation des esprits, voici le retour à l'ordre moral.

22.11.02

Débat

La décentralisation et ses dangers

Henri HuilleTout le monde en parle. Bien fin celui qui en perçoit toute la complexité, et en suppute les risques qu'elle fait peser sur les fondements et l'unité de la République et, en corollaire, sur la protection des travailleurs et des citoyens. Selon certains, elle aurait été déjà en germe dans la Révolution : " C'est dans la commune que réside la force des peuples libres " (Tocqueville). Depuis 1789, tout a été mis en oeuvre pour démontrer le bien-fondé de la démarche. Et depuis 1981, les lois se succèdent devant le citoyen parfois médusé, souvent sur la touche. Aujourd'hui, où en sommes-nous ?

La Libre pensée de l'Aveyron proposait vendredi 22 novembre au café "La Perle", à Millau, une soirée-débat avec la participation de Henri Huille, libre-penseur de la fédération des Bouches-du-Rhône.

Environ cinquantes personnes ont répondu présent à cette invitation pour ce qui reste pour l'heure le seul débat public et citoyen qui ait eu lieu sur ce sujet. Parmi les élus que la Libre Pensée avait conviés à la soirée, seul Jean-Luc Gayraud, premier-adjoint au maire de Millau, conseiller général et président de la communauté de communes de Millau Grand Causses, et président de l'UDF-12, était présent. A signaler également les interventions de Josette Hart, conseillère municipale (PS) de Millau, et de notre ami Guy Holstein, président du comité local d'Attac.

Après un brillant exposé de notre camarade marseillais Henri Huille, un débat très riche et contradictoire s'est instauré, abordant les nombreuses implications de ce que le gouvernement Raffarin présente comme une nouvelle étape de la décentralisation.

Nous reviendrons plus longuement sur cette soirée dans la rubrique "Actions" du site de la LP12.

Communiqué de la Libre Pensée nationale - 22 novembre 2002

Manifestation contre la guerre en Irak

Manifestation A l'appel de "Pas en notre nom" plusieurs milliers de personnes ont défilé le 20 novembre à Paris contre l'intervention militaire en Irak
Le 20 novembre 2002,à Paris, plusieurs milliers de personnes ont manifesté de la Place de la République à la Place de la Bastille aux cris de " Bush, Blair, Chirac, votre sale guerre on n'en veut pas", " Pas d'intervention militaire en Irak", " Pas de sang pour le pétrole", " De New York à Paris nous disons non à la guerre en Irak.
La manifestation était menée par le Collectif français " Pas en notre nom " déployant une banderolle reproduisant celle de leurs homologues américains ainsi qu'une large banderolle proclamant " Non à l'intervention militaire en Irak".
Derrière le Collectif défilaient les organisations, partis et associations qui avaient répondu à l'appel du collectif à se joindre à cette manifestation organisée en réponse à l'appel lancé par la campagne américaine Not In Our name à organiser une journée internationale contre la guerre le 20 novembre .
Prenant la parole à la fin de la manifestation, un des porte-parole du Collectif a donné lecture du message que leurs correspondants américains leur avait fait parvenir et a lancé un appel à l'amplification de la campagne de signatures de l'appel Pas en notre nom.
Après avoir invité les manifestants à reprendre le serment des organisateurs de la campagne américaine "de poursuivre la résistance contre la guerre et la répression", il a lancé un appel à tous les partis, toutes les organisations, toutes les associations,sans exclusive, sans aucun préalable à s'associer à la campagne "Pas en notre nom".
Le 21 novembre 2002
Jean-Pierre Barrois, François dominique, Subhi Toma

--------------------------------------------------------------------------------

Message reçu de la Campagne Not in Our Name

Manifestation Chers amis de Paris et du monde entier,
Nous sommes désolés de ne pouvoir être à vos côtés aujourd'hui.
Tandis que le monde se précipite à grands pas vers la guerre et que les USA déclarent être au-dessus du droit international, il est d'une importance capitale que les hommes et les femmes de conscience fassent entendre leur voix.
Pas en notre nom ! C'est ce que crient des dizaines de milliers de personnes qui, aux USA, ont signé la déclaration prêtant serment de faire cause commune avec les peuples du monde.
Pas en notre nom ! Nous appelons les citoyens à prendre leurs responsabilités face aux agissements de laurs gouvernements et à s'opposer aux injustices commises en leur nom.
Pas en notre nom ! Nous le disons la "guerre au monde " que déchaine l'administration Bush est injuste, immorale et illégitime.
Pas en notre nom ! Nous voulons que les peuples du monde sachent qu'ils y a& des millions de citoyens qui résistent et d-s'opposent à la marche à la guerre, à la marche à un état policier.
Nous vous remercions du soutien que vous nous apportez et prêtons serment de poursuivre la résistance contre la guerre et la répression.
Le comité d'organisation de Not In Our Name

Message reçu de l'équipe Not In Our Name de New York

Au moment où j'ecris cet email vous commencez la manifestation.
Toutes nos pensees sont avec vous ce soir.
Nous restons tous très emus par votre solidarite et par vos efforts.
Espèrons que la prochaine fois on pourra collaborer un peu plus.
Pour toute l'équipe NION New York, je vous salue.
Amicablement.

18.11.02

Communiqué de la Libre Pensée nationale - 18 novembre 2002

Avec la Libre Pensée contre la guerre qui vient

La Libre Pensée et la Fédération Nationale Laïque des Associations des Amis des Monuments Pacifistes ont organisé une quinzaine de rassemblements pacifistes autour de la date du 11 novembre. Ces divers rassemblements ont rassemblé près de 1500 personnes et des centaines ont participé aux banquets qui ont suivi ou parfois précédé ces rassemblements pour la paix.

A Gentioux dans la Creuse, nous étions 600 avec le Comité laïque du monument pacifiste qui célèbre le petit orphelin qui lève le poing en maudissant la guerre. Côte à côte, la Libre Pensée, le Mouvement de la Paix, la Ligue des Droits de l'Homme, la CNT ont condamné les guerres d'hier et celle de demain qui sent si fortement le pétrole. Plus tard, tout le monde se rendra sur la tombe de Félix Baudy, maçon creusois fusillé pour l'exemple en 1915.

Monument de Gy-l'EvêqueA Gy l'Evêque dans l'Yonne, devant le monument aux morts à la mémoire des fusillés pour l'exemple érigé par l'Association Républicaine des Anciens Combattants, c'est au tour de la Libre Pensée et du Mouvement de la Paix de condamner les menaces de guerre devant 130 personnes.

Ils étaient plusieurs dizaines à se rassembler à Alfortville dans le Val de Marne autour de la tombe de Michel Claa, libre penseur et pacifiste pour glorifier la liberté de penser. Devant le célèbre monument de Saint-Martin d'Estreaux dans la Loire avec la Libre Pensée, l'ARAC, l'UL CGT de Roanne, 120 participants se sont rassemblés pour écouter Danielle Roy et Joaquim Salamero. Dans un discours fort apprécié, celui-ci rappelait l'engagement de toujours de notre association contre le militarisme et la guerre.

A Primelin dans le Finistère, ils étaient plus de cinquante à se rassembler avec la Libre Pensée et la CNT pour honorer ce monument érigé en 1994. Signalons le déplacement de quinze libres penseurs de la Corrèze qui avaient fait le déplacement, délégation conduite par notre camarade Emile Maurie particulièrement attaché à l'érection de ce monument.

A Bourg en Bresse, ce sont plusieurs dizaines de participants qui se sont réunis pour maudire la guerre devant l'arbre de la paix. Le rassemblement s'est terminé par la chanson de Craonne chantée par Hélène Jacquard. Près de soixante à Mazaugues dans le Var, des dizaines à Pantin dans la Seine St Denis, à Cergy dans le Val d'Oise, à Eybens dans l'Isère, à Dardilly dans le Rhône, ils ont honoré des monuments, des rues, des tombes qui ont marqué la vie de militants pacifistes qui ont refusé l'horreur de la guerre.

Ils étaient plus de deux cents à Aniane dans l'Hérault le 17 novembre, soudés par leur volonté de lutter contre la guerre qui se risque de se déchaîner à nouveau. Dans tous ces rassemblements, des centaines de signatures ont été faites pour exiger avec la Libre Pensée, la réhabilitation des fusillés pour l'exemple entre 1914 et 1918.

Cette démarche de la Fédération Nationale de la Libre Pensée auprès des pouvoirs publics a reçu une réponse de la Présidence de la République et du Premier ministre qui nous demandent de contacter le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants. Nous invitons toutes les associations qui partagent notre exigence de justice à se joindre à nous pour renforcer cette prochaine délégation.

Nous refusons la guerre qui vient, car comme le rappelait Christian Eyschen à Gentioux le 11 novembre 2002 : " Sur tous les continents, on tue, on massacre, on détruit, on pille, on viole au nom de Dieu, de Jéhovah, d'Allah, du pétrole, du gaz, des ressources minières, d'intérêts géo-militaires. On a fait des guerres au nom de la foi, maintenant c'est au nom du droit. C'est le droit des Etats-Unis d'imposer leur loi, c'est aussi le droit international qui cache si mal l'obéissance servile des instances internationales comme l'ONU aux intérêts de l'impérialisme américain.

Ce n'est pas l'ONU qui arrêtera la guerre, mais la mobilisation croissante et puissante des peuples qui refusent que l'on tue leurs enfants et les enfants des autres peuples. La Libre Pensée est du côté du peuple américain qui refuse la guerre. Et c'est avec satisfaction que nous voyons, avant même que le canon ne tonne, des centaines de milliers de citoyens américains manifestaient dans les rues pour dire "Pas en notre nom".

Ils ont raison de dire : " Nous appelons tous les Américains à résister à la guerre et à la répression déchaînées dans le monde par l'administration de M. Bush. En notre nom, l'administration de M. Bush, fort de la quasi-unanimité du Congrès américain, a non seulement attaqué l'Afghanistan, mais s'est aussi arrogé le droit, ainsi qu'à ses alliés, d'imposer la force militaire, en tout lieu et à tout moment. Les répercussions brutales s'en sont fait sentir, des Philippines à la Palestine, où les tanks et les bulldozers ont laissé un terrible sillage de mort et de destruction. Le gouvernement se prépare maintenant à mener une guerre totale contre l'Irak, pays qui n'a pas de lien avec les horreurs du 11 septembre 2001. Quel genre de monde sera-t-il créé si le gouvernement des Etats-Unis a carte blanche pour envoyer des commandos, des assassins et des bombes où il veut ?

En signant ce manifeste, nous appelons tous les Américains à se joindre à notre défi. Nous applaudissons et encourageons les actes de critique et de protestation qui ont lieu actuellement, tout en sachant qu'il en faudra beaucoup plus pour arrêter cet engrenage infernal. Nous nous inspirons des réservistes israéliens qui, au prix d'énormes risques personnels, déclarent qu'il y a effectivement une limite et refusent de servir dans les territoires occupés et à Gaza."

Les libres penseurs sont partie prenante du mouvement qui, en France, reprend l'appel des pacifistes américains pour dresser les peuples contre la guerre qui vient et qui sent si fort le pétrole. Cette guerre annoncée suit d'autres guerres et annonce d'autres tueries. Le Daily Star de Beyrouth a raison de s'interroger : " L'Iran, la Syrie, le Liban? qui sera la prochaine cible de l'Amérique après l'Irak ?".

Nous refusons la guerre contre le peuple irakien comme nous condamnons la guerre totale menée contre le peuple palestinien. Nous refusons la sarabande des bombardements, la chaîne ininterrompue des massacres et des destructions. Ce monde inquiet sent la guerre. Nous voulons la paix maintenant, car comme le proclamait Platon : "Seuls les morts ont vu la fin de la guerre".

L'Eglise catholique nous parle de guerre "juste" quand cela l'arrange. Mais il n'y a jamais de guerre juste, les massacres et les tueries sont toujours injustifiées et injustifiables. L'horreur ne saurait avoir de justification morale. L'assassinat des peuples est toujours condamnable.

Nous disons comme Karl Liebknecht que l'ennemi est dans notre propre pays. Pas un sou, pas un homme pour la sale guerre de Bush?. Il y aurait vraiment de la grandeur à réhabiliter, notamment, tous ceux qui ont été fusillés pour l'exemple pendant la tuerie mondiale de 1914-1918. A Souain, à Vingré, au chemin des dames, à Suipes et sur le front tout entier, on a exécuté entre 600 et 900 soldats parce qu'ils avaient simplement refusé la boucherie et de mourir pour rien. On ne cesse de nous parler de la paix pendant qu'on prépare de nouvelles guerres. Alors, réhabilitez les fusillés de 1914-1918 qui refusaient les massacres ! Voilà un véritable geste de paix en ces temps où la guerre menace de nouveau".

N'est-ce pas la voie de la sagesse et de la paix ?

17.11.02

Communiqué - 17 novembre 2002

Appel contre la guerre en Irak


La Fédération Nationale de la Libre Pensée, après consultation des membres de sa Commission Administrative Nationale, a décidé d'être présente à la réunion unitaire pour la préparation de la manifestation internationale contre la guerre en Irak, le 18 novembre à 17 heures à la Bourse du Travail de Paris à l'appel du collectif français "Pas en notre nom", dont le Secrétaire général de la Libre Pensée est membre du bureau.

La Fédération Nationale de la Libre Pensée appelle donc à la manifestation contre la guerre qui vient contre l'Irak, le mercredi 20 novembre 2002, à 18 H place de la République à Paris. Elle appelle toutes ses fédérations départementales à s'associer à cette manifestation et en province à s'associer à toutes les manifestations qui s'inscrivent dans ce cadre.


Collectif de soutien d'intellectuels, de chercheurs, d'artistes français à l'appel
« PAS EN NOTRE NOM »
lancé par plus de 30.000 intellectuels et artistes américai

C?est avec émotion que nous avons pris connaissance de l'appel contre la guerre intitulé « Pas en notre nom », signé par plus de 30.000 intellectuels, artistes et citoyens des Etats-Unis.

NOUS TENONS À NOUS SOLIDARISER AVEC CET APPEL.

Avec eux « nous croyons que les peuples et les nations ont le droit de déterminer leur propre destin, à l'abri de la coercition militaire exercée par les grandes puissances ».
Avec eux,« nous croyons que la remise en question, la critique et le désaccord, sont des droits légitimes et importants, qui doivent être défendus. »
Comme eux « nous avons choisi de faire cause commune avec les peuples du monde »
Avec eux, « nous prenons très au sérieux, les dirigeants des USA lorsqu'ils parlent d'une guerre qui durera toute une génération, et quand ils parlent d'un nouvel ordre intérieur».
Nous saluons le courage moral des signataires américains : ils affirment à l'encontre de George Bush :
« Nous vous refusons le droit de parler au nom de tous les Américains. Nous n'abandonnerons jamais notre droit à la remise en question. Nous ne vous livrerons pas nos consciences en échange de promesses de sécurité qui sonnent creux. Nous vous déclarons : «PAS EN NOTRE NOM».
Nous refusons d'être associés à ces guerres et nous rejetons toute supposition qu'elles sont menées en notre nom ou pour notre bien. Nous tendons la main à ceux qui, à travers le monde, souffrent à cause de cette politique : nous montrerons notre solidarité par les mots et les actes ».
Nous sommes convaincus que cet appel émanant de citoyens américains a un poids extrêmement important pour tous ceux qui à travers le monde refusent l'engrenage de la guerre sans fin que Bush a déclaré pour des intérêts qui ne sont pas ceux du peuple américain ni d'aucun peuple du monde.

Nous faisons nôtre cet acte de paix, de justice et de démocratie . Seule l'union des peuples peut faire la paix du monde.
Avec eux, nous disons : « PAS EN NOTRE NOM »

Pour toute correspondance :
Jean-Pierre Barrois
56, av. Diderot 94100 St Maur - Email : barrois@univ-paris12.fr - Fax : 01 48 89 18 37
François Dominique
74, rue de Velars, 21370 Plombières-Lès-Dijon - Email : aseroe@wanadoo.fr - Fax : 03 80 45 23 93
Subhi Toma
E mail tomasubi@cybercable.fr fax 01 45 86 69 51

10.11.02

Atteinte à la laïcité

Le CD-Rom retiré

Suite aux courriers reçus par la Mairie de Rodez, dont une lettre de la LP12, dénonçant la "promotion" d'un CD-Rom réalisé par le lycée privé catholique Louis-Querbes (Bloc-notes du 28.10 et rubrique Action), le CD a, semble-t-il été retiré.

Par ailleurs, le syndicat enseignant SUD-Education s'est fait l'écho de notre démarche.

3.11.02

Soirée débat

La décentralisation

Tout le monde en parle. Bien fin celui qui en perçoit toute la complexité, et en suppute les risques qu'elle fait peser sur les fondements et l'unité de la République et, en corollaire, sur la protection des travailleurs et des citoyens.
Selon certains, elle aurait été déjà en germe dans la Révolution : " C'est dans la commune que réside la force des peuples libres " (Tocqueville).
Depuis 1789, tout a été mis en oeuvre pour démontrer le bien-fondé de la démarche.
Et depuis 1981, les lois se succèdent devant le citoyen parfois médusé, souvent sur la touche.
Aujourd'hui, où en sommes-nous ?
La Libre pensée de l'Aveyron vous propose de faire le point et de débattre

vendredi 22 novembre, à 20 h 45
au café " La Perle ", à Millau

avec la participation de Henri Huille, libre-penseur de la fédération des Bouches-du-Rhône.

29.10.02

Dans la presse

Une leçon de laïcité

S'il était encore nécessaire de prouver le bien-fondé du principe de laïcité et s'il fallait rappeler que la République, ne reconnaissant, en vertu de ce principe, que des citoyens, libres et égaux, s'interdit de souligner, voire de promouvoir les différences, l'incident, survenu à Millau le 25 octobre dernier et relaté par La Dépêche du Midi (article ci-dessous), serait exemplaire.

En effet, le Comité Palestine 12, via l'association France Palestine Solidarité, dans un louable dessein de pédagogie, avait organisé une conférence intitulée « Guerre et Paix au Proche Orient » et invité Ilan HALEVI*, conseiller politique de l'Autorité Palestinienne, le présentant comme un « écrivain israélien », à la grande colère de celui-ci !
Car Monsieur Halevi est Palestinien... et juif.
« Je ne nie pas mes origines, mais je refuse de les mettre en avant. L'origine est un élément mineur. C'est la fierté de la Palestine que d'être une société multiconfessionnelle. »
et de citer la France où « 90% des juifs français n'appartiennent à aucune communauté ; ce sont des citoyens en premier lieu. »
Belle leçon de laïcité.

Et c'est notre fierté de Libres Penseurs que de défendre inlassablement, jour après jour, cette laïcité , contre les atteintes à la loi de séparation de 1905 qui l'a instituée.

*ILAN HALEVI est conseiller politique de Yasser Arafat pour les affaires européennes au ministère de la coopération internationale de l'Autorité palestinienne et représentant du Fatah (principale composante de l'OLP) à l'Internationale socialiste



La Dépêche du Midi Aveyron du 26 octobre 2002
Le conseiller d'Arafat avait été présenté à tort comme « écrivain israélien » par le Comité Palestine 12

La colère d'Ilan Halevi

Le Comité Palestine 12, dont les membres observent depuis six mois place du Mandarous une heure de silence en soutien au peuple palestinien, avait décidé d'organiser un temps fort à la salle des fêtes de Creissel, hier soir, en invitant, par le biais de l'association France Palestine Solidarité, pour une conférence baptisée « Guerre et paix au Proche Orient », Ilan Halevi, conseiller politique pour les affaires européennes au ministère de la coopération internationale de l'Autorité palestinienne.
Une conférence qui a failli ne jamais avoir lieu en raison d'un très vif incident qui est survenu à l'arrivée de M. Halevi, peu après 17 h 30. En effet, sur l'affiche de la conférence, Ilan Halevi a découvert que le Comité Palestine 12 l'avait présenté comme... « écrivain israélien. » Une formulation fausse qui a provoqué une légitime colère chez le conseiller politique de Yasser Arafat, juif Palestinien. « C'est indéfendable, c'est du racisme. Je croyais qu'on était ensemble... Vous me forcez à déplacer le débat sur le pire des terrains... », a martelé Ilan Halevi en pointant l'amateurisme patent des militants millavois. Croyant dissiper le malaise, ces derniers proposent alors de corriger la phrase malencontreuse en « écrivain d'origine israélienne. » Une proposition qui a encore davantage affligé Ilan Halevi. « Je ne nie pas mes origines mais je refuse de les mettre en avant. L'origine est un élément mineur. C'est la fierté de la Palestine que d'être une société multiconfessionnelle. »
AMALGAMES
« C'est la première fois qu'un tel incident se produit », expliquait ensuite Ilan Halevi à « La Dépêche du Midi. » Un incident qui illustre, d'évidence, les solides « amalgames » qui perdurent entre les notions juifs/israéliens ou encore musulmans/palestiniens alors qu'un Israélien peut ne pas être juif ou un Palestinien, musulman. « C'est pas clair dans la tête des gens », déplore Ilan Halevi qui pointe le regard européen parfois trop simpliste mais aussi la responsabilité d'Israël. « Les gouvernements israéliens successifs n'ont cessé de parler au nom des juifs du monde entier en leur demandant une solidarité inconditionnelle et en les estimant traîtres s'ils n'y souscrivaient pas. Il y a une usurpation de la représentativité des juifs », explique Ilan Halevi en citant par exemple la France où, selon lui, « 90 % des juifs français n'appartiennent à aucune communauté; ce sont des citoyens en premier lieu. » Et de conclure que « ce sont les Palestiniens qui payent le prix de ces confusions. »
En dépit de l'incident, M. Halevi décidait de tenir sa conférence qui devait aborder la situation actuelle de la Palestine, des éléments d'analyse sur le processus de Paix et ce qui peut être fait. « J'insisterai notamment sur le rôle de l'´Europe et de la France. Mais à côtés des ´Etats, il y a l'action des citoyens qui est très importante », termine Ilan Halevi. A condition que ceux-ci soient bien informés...
Philippe RIOUX.


28.10.02

Courriers

Atteintes à la laïcité

Dans la rubrique action viennent d'être insérées les copies de deux lettres adressées l'une au maire de Rodez, l'autre à l'Inspecteur d'académie.

La première concerne une grave atteinte à la laïcité des écoles publiques et au devoir de neutralité des fonctionnaires.
La seconde concerne une pratique attentatoire à la laïcité au sein de l'école publique de Villefranche-de-Panat.
Tribune libre du bulletin de la LP12

Quand la pub s'attaque aux écoles

Habituellement, voici comment cela se passe.
Le ministre de l'Education... Nationale (?) peaufine sa réforme. Il annonce que les élèves pourront désormais étudier une langue vivante, pratiquer des activités sportives variées ( football, natation, escalade, arts martiaux, gymnastique...), se familiariser avec les nouvelles technologies de l'information, bénéficier d'équipements ludiques dans la cour de récréation, etc, etc.
Pour le financement et la mise en application de ces innovations, la balle est envoyée aux communes, aux départements,... aux écoles.
Des disparités de plus en plus criantes apparaissent, dues à la richesse des collectivités locales, à leur importance, à la sensibilisation des élus aux problèmes scolaires, aux choix économiques et politiques.
Les orientations libérales des classes politiques et de la société ont conduit ou vont conduire à la privatisation des structures économiques ou de services : banques, entreprises, industries, France Télécom, La Poste, EDF-GDF, la SNCF, etc.

La publicité est devenue le moteur essentiel, non seulement de l'économie, mais aussi de toutes les activités humaines (recherche scientifique, sports, culture, arts...).
L'Ecole devient un objectif particulièrement juteux pour "les marchands du Temple" par le nombre d'établissements, la grande masse d'élèves et de parents, les énormes besoins matériels.
Les enseignants américains disposent "gratuitement" d'un équipement informatique complet. Ils doivent "simplement" s'engager à mettre leurs élèves une heure chaque jour devant un écran de télé qui ne diffuse que des spots publicitaires.

Bernard Tapie, dans une de ses émissions de télé au temps de sa splendeur, se faisait fort de résoudre les difficultés financières des établissements scolaires : "Demain, je donne aux élèves tous les livres et cahiers dont ils ont besoin. Il suffira d'intercaler quelques pages de pub et le problème sera réglé."
De plus en plus souvent, les petits écoliers "bénéficient" d'une formation au bien manger. Sous un habillage à première vue pédagogique et avec force mots savants (diététique, équilibre alimentaire, calcium, potassium, magnésium...), on propose aux enseignants des "animations petit-déjeuner" qui se révèlent être en fait un matraquage publicitaire : le logo, le nom de la marque apparaissant partout, sur les emballages, sur les serviettes, sur les récipients, sur les produits...

Les hypermarchés organisent régulièrement des concours "du plus beau sapin de Noël", "du village de demain", "de l'école de mes rêves"..., fournissent les feuilles blanches "à en-tête", les crayons, la peinture, affichent les dessins à l'intérieur du magasin et "offrent" parfois un goûter d'inauguration de l'expo...
Certaines maisons d'édition demandent aux enseignants, en échange d'un dictionnaire ou d'une collection de livres de bibliothèque, d'organiser en classe un concours culturel, pédagogique, dont les questions sont d'une simplicité affligeante, de collecter les copies, de corriger les réponses, de vérifier que les élèves ont bien inscrit leur nom et surtout leur adresse personnelle... et de remettre le tout au représentant de commerce qui a promis un cadeau aux gagnants (tous les élèves bien sûr). Il ira le leur remettre chez eux et, faisant référence à l'école, "fourguera" aux parents l'indigeste encyclopédie universelle en 24 volumes, payable en 12 mensualités...

La banque bien connue des paysans équipe en matériel informatique les écoles publiques et privées. En échange, on fait un article de presse avec une photo des enseignants, du maire, du représentants de la banque et de son logo; on "communique" avec les parents, on propose l'accès à l'Internet de la banque...

Les exemples de telles pratiques mercantiles se multiplient. Le plus inquiétant est que de plus en plus d'enseignants les considèrent comme normales, les acceptent sans s'interroger sur leurs conséquences.

La dernière en date fait très fort. Le 9 août 2002, dans une rubrique intitulée "Animation" et un gros titre "Un week-end de rêve pour ses copains ...", Midi Libre publie un article à la gloire d?une élève dont la perspicacité a permis à toute sa classe de "bénéficier" d?un voyage de deux jours dans l?île des Embiez, entre Sanary et Toulon. Bravo, pourrait-on s?écrier : le concours était pédagogique (bien sûr !). Mais dans l?article de 65 lignes, le nom de la marque apparaît 8 fois, et sur la photo d?accompagnement, le logo et le nom dominent deux fois, en bien gros, le groupe de personnes (élèves, enseignante, membres du jury et représentants de la marque). De quelle marque s?agit-il ? D?une très, très grande et très, très connue maison d?apéritif anisé. Ben oui, l?alcool, dont la publicité est légalement interdite, s?attaque aux école !

Bref, la marchandisation de l?école, de ses élèves, de ses maîtres, est en marche, avec l?aval de tous.
Les philosophes, les humanistes ont lutté pendant des siècles contre les "Maîtres" de droit divin (rois et religieux) pour permettre un début d?émancipation et de civilisation de l?Homme. En deux ou trois décennies, le mercantilisme le renverra dans l?obscurantisme, la dépendance et le servage.
La télé abrutira, l?école conditionnera et le marchand engrangera.

Et l?enfant, dans tout cela ? Et le citoyen ? Et les valeurs éthiques et morales ?
Bof...

15.10.02

Communiqué de la Libre pensée nationale - 13 octobre 2002

Contre la guerre en Irak !
Pour la paix au Proche-Orient !


Les bruits de bottes résonnent encore un peu partout dans le monde. Près de quatre-vingt pays connaissent des conflits armés sur leur sol. Aujourd'hui, les USA cherchent à bombarder l'Irak pour détruire ses infrastructures avec pour conséquence inévitable le massacre de milliers de civils.

Cette guerre qui vient sent le pétrole et n'a pour objet que les seuls intérêts économiques, politiques et militaires des USA et de ses alliés au mépris de la vie des populations civiles. La Libre Pensée s'oppose à cette logique de guerre.

De même, comment peut-on accepter que depuis des décennies des milliers de personnes aient été tués en Palestine et dans toute cette région du Proche-Orient ? Comment peut-on accepter les déplacements forcés des populations, les massacres et les destructions qui se multiplient ? Comment peut-on accepter des mesures de rétorsions contre la population civile comme l'embargo qui provoque en Irak des centaines de milliers de morts dont celles d'un grand nombre d'enfants ? Comment ne pas constater aussi le rôle néfaste et la responsabilité écrasante des religions dans la division entre les peuples qui a pour conséquences les massacres et les destructions ?

Le respect du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes exige que toutes les populations puissent vivre ensemble dans la paix et la laïcité, sagesse et concorde des peuples.

La Fédération Nationale de la Libre Pensée condamne toutes les guerres et les massacres et appelle ses fédérations départementales à agir pour rassembler les laïques, les démocrates et les républicains afin de s'opposer à la guerre qui vient contre le peuple irakien et d'?uvrer à la paix dans tout le Proche-Orient.

La Libre Pensée constate avec satisfaction l'opposition croissante à la guerre partout dans le monde et notamment aux USA. Elle s'adresse à ses amis des organisations athées nord-américaines pour leur faire part de sa solidarité dans leur lutte pour la paix, la démocratie et la laïcité.

La Fédération Nationale de la Libre Pensée appelle tous ceux qui se reconnaissent dans son action pacifiste et internationaliste à assurer le succès des rassemblements qu'elle organise le 11 novembre 2002 notamment autour des monuments aux morts pacifistes.

Pour la Paix et contre la Guerre !
Communiqué de la Libre pensée nationale - 13 octobre 2002

Pour la laïcité en Europe !
Pour la séparation des Eglises et des Etats !
Pour l'abrogation de la déclaration n°11 du Traité d'Amsterdam !


La Libre Pensée a toujours combattu pour que la séparation des Eglises et des Etats soit conquise et défendue partout dans le monde. C'est le sens de son affiliation à l'Union Internationale Humaniste et Laïque (IHEU) et de la création du Comité International de Liaison des Athées et des Libres Penseurs, car la laïcité est une nécessité sur tous les continents.

Il est, en effet, indispensable de rassembler tous les partisans de la séparation des Eglises et des Etats, au-delà de la diversité des associations libres penseuses, rationalistes, athées et laïques afin d 'agir dans ce sens.

La Fédération Nationale de la Libre Pensée s'est toujours inquiétée du mode de construction de l'Union européenne dont le drapeau marial symbolise bien sa nature cléricale et dont le mode de fonctionnement, dit de subsidiarité, est directement emprunté aux encycliques papales.

Un projet de constitution européenne est actuellement en cours d'élaboration. Rappelons que Helmut Kohl, avant son départ du poste de chancelier, avait demandé, au nom de l'Allemagne, que le préambule de cette constitution fasse une référence explicite à Dieu. Plus récemment, le 13 septembre 2002, Jean-Paul II a exigé "qu'une référence claire à Dieu et à la foi chrétienne soit formulée dans la constitution européenne en cours d'élaboration".

C'est au nom de la construction européenne que se mène une véritable offensive pour la disparition de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat de 1905 et pour faire du statut clérical d'exception d'Alsace Moselle le modèle à étendre dans toute la France.

Le caractère profondément clérical de cette construction européenne est bien indiqué par l'adoption de la déclaration n°11 lors de la conférence intergouvernementale (CIG) d'Amsterdam de juin 1997.

Celle-ci indique : "L'Union respectera et ne préjuge pas le statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les Eglises et les associations ou communautés religieuses dans les Etats membres". Ce n'est pas le rajout du respect "des organisations philosophiques et non confessionnelles" qui peut changer son contenu profondément clérical.

En clair, cela veut dire que tous les concordats, les religions d'Etat, les impôts d'Eglise, les délits de blasphèmes, le financement public des écoles confessionnelles inscrits dans les législations nationales seront tous intégrés dans le droit communautaire européen qui s'imposera dès lors de manière irréversible.

C'est pourquoi le Vatican est dans une course de vitesse pour conclure des concordats dans les pays de l'Est qui demandent leur entrée au sein de l'Union européenne. Quand ces pays auront ratifié les traités européens, dont la déclaration N°11 est une annexe, plus aucun pays ne pourra remettre en cause ces dispositions institutionnelles cléricales.

C'est le droit des peuples et des nations de remettre en cause les concordats en Allemagne, en Italie, au Portugal, en Autriche, en Pologne, en Slovaquie, en Espagne et d'en finir avec les religions d'Etat dans la plupart des autres pays de l'Union européenne, qui est bafoué.

Avec la déclaration N°11 du traité d'Amsterdam, ratifié définitivement, le peuple français ne pourra jamais abroger le statut clérical d'exception d'Alsace Moselle et les dispositions concordataires dans les Territoires d'Outre-Mer.

Cela est un véritable déni de démocratie et une atteinte cléricale d'envergure contre la liberté absolue de conscience.

La Fédération française de la Libre Pensée s'adresse à tous les laïques, les associations qui luttent partout en Europe pour la séparation des Eglises et des Etats pour agir ensemble :

- Pour la laïcité en Europe !
- Pour la séparation des Eglises et des Etats !
- Pour l'abrogation de la déclaration N°11 du traité d'Amsterdam !

La Libre Pensée leur propose de faire converger leurs efforts et leurs actions pour la tenue prochaine d'un Rassemblement européen contre l'Europe vaticane, religieuse et cléricale.

Parce qu'il ne peut y avoir de démocratie véritable sans séparation dans tous les pays des Eglises et des Etats :

- Défendre la laïcité partout où elle existe !
- La conquérir partout où elle n'existe pas !

Tel est le combat que propose à tous la Libre Pensée !

12.10.02

Vie de la fédération

Réunion

La prochaine réunion se déroulera samedi 19 octobre à 14h30 à Millau.

7.10.02

Vie de la fédération

Assemblée générale de la LP12

L'AG annuelle s'est tenue à Rodez, le samedi 21 septembre 2002, à 14h30, à Gourgan.


Les rapports : moral, financier, et d'activité ont été adoptés.


Quelques chiffres :
4 adhérents de plus, enregistrés cette année
9 abonnés de plus au bulletin « La Libre Pensée Aveyronnaise »


Le montant de la cotisation reste inchangé : 70 ? payable en deux fois (septembre, janvier). L'adhésion s'effectue par année civile.


Le bureau a été élu
Présidente : Maryvonne Catusse
Secrétaire : Patrick Faraone
Secrétaire adjointe : Solange Rioux
Trésorier : Jean-Michel Delhon
Trésorier adjoint : Gérard Vidal


Des actions en perspective, pour l'année à venir :


> Une conférence , au printemps, à Rodez
Le thème serait « Mourir dans la dignité » : euthanasie, soins palliatifs, crémation ; aspects culturel et juridique.
> Un atelier thématique , à Millau, dans un café
Le thème en serait la régionalisation.


Et à plus long terme :
> Le centenaire de la LP12 en 2004 avec l'édition d'un ouvrage sur l'évolution de la LP aveyronnaise, à partir des archives, avec souscription.
> La préparation du centenaire de la loi de 1905, en partenariat avec d'autres associations


Action en cours :
> A Millau, dans le cadre de la médiation familiale, l'UDAF est intervenue pour la nomination, contestable, d'une personne .La LP12 est attentive et a pris contact avec la Fédération Nationale de Médiation et de Vigilance.


Divers :
> Pour info : la LP 24 vend des autocollants « Europe cléricale Non ! Europe laïque Oui ! » ; contacter
Pierre Agier La Clergue 24590 Tayac
> A vos plumes : Patrick attends vos écrits pour le prochain bulletin


Prochaine réunion : 19 octobre, à 14h30, à Millau
Bienvenue

Bienvenue sur le bloc-notes de la LP12 qui succède désormais à la rubrique actualités.