17.9.03

Communiqué de la Libre pensée nationale

SAMEDI 20 SEPTEMBRE 2003 A 14 H 30 MANIFESTATION NATIONALE A PARIS
de Nation à République

La République doit rester une et indivisible,
Non à l’éclatement de la Nation,
Non à la régionalisation

A trois jours de la manifestation nationale du 20 septembre, les initiateurs de l’appel pour l’unité et l’indivisibilité de la République estiment devoir porter à la connaissance de tous un communiqué de Christian Eyschen, secrétaire général de la Libre Pensée.

“Travailleurs, militants, jeunes, citoyens
Depuis des mois et des mois, nous préparons dans tout le pays une manifestation pour la défense de l’unité de la République, pour la défense de tous les droits, de la laïcité, de la démocratie.
Au moment où, venus de tout le pays, des milliers se préparent à se retrouver le samedi 20 septembre place de la Nation, que se passe-t-il ?
Des groupes de fascistes annoncent qu’ils veulent contre-manifester contre l’unité de la République, pour la dislocation du pays, contre les droits, contre la démocratie.
Face à ces menaces rappelant les heures les plus sombres de notre histoire, des militants de toutes tendances politiques, philosophiques, religieuses, des responsables d’associations, des élus par dizaines, des syndicalistes ont déclaré : nous serons présents samedi place de la Nation pour la défense de l’unité du pays, pour la défense de la démocratie, pour le respect du droit de manifestation.
A vous tous nous disons :
Vous serez présents.
Nous serons présents, nous manifesterons.
Nous démontrerons aux fascistes que ce pays, qui est le nôtre, ne laissera pas la démocratie être remise en cause.
Nous démontrerons à tous ces pétainistes, parce qu’ils sont des pétainistes, que le peuple, la classe ouvrière — comme l’ont fait des millions et des millions pendant la guerre et à la Libération — sont capables de défendre la démocratie, de défaire la réaction.
Nous vous le disons à toutes et à tous : les préparatifs de contre-manifestation sont plus que des rumeurs. L’un des initiateurs de l’appel pour l’unité de la République, Daniel Gluckstein, en a informé toutes les organisations politiques et syndicales. Parmi les nombreuses réponses de militants de toutes tendances que nous avons reçues, citons celle de Marie-George Buffet qui, au nom du PCF (tout en rappelant qu’elle ne partage pas les objectifs de la manifestation) : “ considère que manifester pour ses idées est un droit essentiel. ”
Elle a raison : c’est la démocratie, c’est le droit pour chacun d’exprimer librement ses idées qui sont en jeu.
Travailleurs, citoyens, sachez que ces groupes qui prônent l’éclatement de la République et appellent à lutter contre le jacobinisme, voudraient passer aux actes. Vous les en empêcherez.
Alors, pour tous les démocrates, quelles que soient leurs opinions, il est clair qu’il n’y a pas de milieu possible. Quand il s’agit de la démocratie et du respect du droit de manifestation, on est pour, ou on est contre. Il faut choisir.
L’unité de la République ou sa dislocation, il faut choisir.
Pour sortir le pays de l’ornière, il n’existe pas d’autre voie que la démocratie, le respect des droits égaux pour tous, la défense de l’unité de la République.
Nous serons tous, samedi 20 septembre à 14 h 30, Place de la Nation.”

Christian Eyschen,
Secrétaire général de la Libre Pensée,

A LA FIN DE LA MANIFESTATION
GRAND MEETING PLACE DE LA RÉPUBLIQUE

prendront la parole :
Joachim Salaméro, syndicaliste, libre penseur ; Jean-Charles Marquiset, syndicaliste ;
Une jeune étudiante ; Véronique Pepers, syndicaliste ;
Daniel Gluckstein, secrétaire national du Parti des travailleurs ;
Gérard Schivardi, maire de mailhac, conseiller général ; un militant syndicaliste suédois.

Pour toute correspondance : F. Livart, 13, rue M. Borreau 93500 PANTIN
e-mail : republique.indivisible@fr.oleane.com - Soutien financier : chèque à l’ordre de “République une et indivisible”

7.9.03

Communiqué de presse de la Libre pensée Aveyron

Sectes : à quoi joue-t-on ?

Personne n’est sans connaître le phénomène sectaire dont les médias ont largement donné à lire, voir ou entendre les dérives mortifères. Chacun garde en mémoire les attentats, suicides, assassinats qui ont ému, en leur temps, l’opinion publique. L’aliénation et le naufrage des personnes, au quotidien, émergent et s’ils sont moins spectaculaires, ils n’en restent pas moins inquiétants et alarmants.

Au point qu’une commission d’enquête sur les sectes a été créée ; laquelle a produit trois rapports soumis à l’Assemblée Nationale : le premier en 1985, le deuxième en 1995 et le dernier en 1999.

Minutieusement analysé, l’essor du phénomène est patent. Il est, de plus, crédité de fortes potentialités de développement du fait des puissants moyens financiers dont disposent les sectes par leur capacité à vendre leur ingénierie sensée répondre aux besoins diffus générés par un monde en crise (voir le rapport sur la situation financière). La vigilance s’impose et les rapports font des propositions visant à endiguer les pratiques pour protéger les personnes. Ils sont adoptés à l’unanimité .
Chacun peut en prendre connaissance sur le site internet de l’Assemblée Nationale

Or, dans la liste impressionnante des sectes, on peut relever : « La Fraternité Notre-Dame » (du Fréchou) qualifiée de « pseudo-catholique » dans le rapport parlementaire de 1999 ; celle-là même dont le fondateur, Roger Paul Kozic vient d’être honoré très officiellement, en Mongolie, par l’ambassadeur de France, Jacques Manent. Le 24 juin dernier (« La Dépêche du Midi » du 20 août 2003), M. Kozic a reçu les insignes de chevalier dans l’ordre national du Mérite, au nom du président de la République et sur le contingent du ministère des Affaires étrangères.
Cette distinction a, d’évidence, été décernée en fonction de la vitrine internationale de la Faternité Notre-Dame qui bénéficie à l’étranger d’un statut d’Organisation non gouvernementale (ONG) pour son action humanitaire menée sur les cinq continents. Mais cette vitrine séduisante est trompeuse et ne saurait occulter le caractère sectaire avéré de cette communauté, largement discréditée en France.

Les Libre-Penseurs s’interrogent :
- Peut-on successivement dénoncer les agissements des sectes , mettre en garde l’opinion ET décorer ses gourous, leur donnant ainsi la respectabilité et implicitement l’aval pour l’ensemble de leurs activités ?
- A quoi joue-t-on ?

Voir également dans la Revue de presse