2.6.05

Référendum du 29 mai 2005

Le rejet absolu de l’Europe vaticane !

Net, clair et sans bavure, le résultat du 29 mai 2005 est désormais sans appel : le corps électoral a fait savoir, par une intense participation, son opposition absolue au projet de Traité constitutionnel européen.

Ce rejet est incontestable, la détermination des électeurs a entraîné leur mobilisation. La Fédération nationale de la Libre Pensée se réjouit de cette affirmation démocratique. En effet, on a assisté depuis 1983 à une désaffection croissante de la participation électorale, du fait des politiques gouvernementales qui tournaient le dos aux espoirs nés de la défaite de la droite en 1981. Les « commentateurs officiels » nous ont alors asséné une « version non moins officielle » : les citoyens français ne s’intéressent plus à la vie civique, ils sont devenus la « bof génération ».

Avec éclat, les citoyens ont apporté, le 29 mai 2005, le plus cinglant démenti à cette affirmation : le désintérêt électoral allait de pair avec l’absence de choix politique, car tous les gouvernements, de droite comme de gauche, se sont inscrits dans le cadre de la construction européenne antisociale et cléricale. Dès qu’un véritable clivage était en jeu, les citoyens se sont massivement mobilisés pour faire connaître leur volonté. Nul ne peut contester que la victoire du Non au référendum sur le Traité constitutionnel européen est le résultat d’une mobilisation populaire de très grande ampleur.

Le NON à La constitution européenne est une victoire de la démocratie !

La nation française s’est réapproprié son histoire en rejetant des institutions supranationales qui, en vertu d’ intérêts dit « supérieurs », voulaient la détruire en la ramenant aux frontières des provinces de l’Ancien Régime, au nom de « l’Europe des régions ». C’est la France de 1793 qui, une nouvelle fois, s’est dressée contre Coblence et les monarchies coalisées. Coblence, c’est aujourd’hui Bruxelles et la coalition réactionnaire, c’est l’Union européenne.

A ceux qui ont professé, de manière pitoyable et hypocrite, que la France allait « être isolée » dans le concert européen, les héritiers de 1789 ont rappelé avec force que notre pays n’avait jamais craint de paraître « isolé » quand il ouvrait le chemin à l’émancipation universelle, tant en 1789, qu’en 1871, en 1905 et en 1944 quand il se soulevait de manière révolutionnaire pour sa libération.

Le refus de l’Europe vaticane, cléricale et religieuse

La Fédération nationale de la Libre Pensée a engagé depuis des mois une campagne contre le Traité constitutionnel européen, son caractère profondément antidémocratique et antisocial, et l’arsenal de ses dispositions antilaïques (notamment les articles 9, 11, 52 et 70). Avec ses fédérations départementales, des centaines de réunions publiques se sont tenues pour analyser, décortiquer et condamner le caractère profondément antilaïque de cette pseudo-constitution.

Avec la Libre Pensée anglaise et la participation de l’Union Internationale Humaniste et Laïque (IHEU), la Libre Pensée française a organisé une manifestation internationale, le 3 avril 2005 à Bruxelles, pour dire Non à la constitution européenne ! Cette manifestation a vu un millier de laïques et des associations de différents pays venir manifester pour défendre la laïcité en Europe.

Incontestablement, la Fédération nationale de la Libre Pensée a contribué, à sa place et avec ses moyens, au rejet du Traité constitutionnel européen. Elle a ainsi clairement montré qu’elle était réellement le centre de l’union du combat laïque authentique, loin de tous ceux qui ont toujours les meilleures raisons du monde pour ne jamais mener le moindre combat réel. Entre Munich et Valmy, la Libre Pensée française a choisi son camp.

Le Non à la constitution européenne est une victoire de la laïcité

Parmi les différentes raisons du rejet des électeurs de ce Traité constitutionnel européen, le refus de voir la loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905 réduite à néant, a beaucoup pesé. Mais n’en doutons pas, les attaques contre la laïcité vont cependant continuer.

C’est pourquoi, la Libre Pensée appelle tous les laïques à se mobiliser massivement pour rejoindre l’Appel du Comité de Liaison de l’Appel aux Laïques qui organise, à Paris, le 10 décembre 2005 une grande manifestation nationale pour la défense et la promotion de la loi de 1905.

Contre l’Europe des concordats et des religions officielles !
Contre les délits de blasphèmes et les impôts d’Eglise !
Avec la Libre Pensée : Agissez pour la laïcité en Europe !