16.6.07

Assemblée générale du 16 juin 2007

La Libre pensée de Rodez a tenu son assemblée générale samedi 16 juin 2007 à Rodez, salles Foch. Le rapport moral, lu par la présidente, est le suivant :

Le rapport moral de la Fédération nationale, que vous avez reçu, balaie d’une manière générale mais choisie l’actualité du territoire national . En restant dans les limites qui nous sont imparties, que peut-on voir particulièrement , nous, en Aveyron et quels rapprochements faisons-nous avec la fédération, quand on est un libre penseur ou penseuse éveillé(e) ? c’est à dire pratiquant le libre examen pour de possibles actions en réponse.

Sur la démocratie

Principalement à Rodez se déroule une guerre des chefs lesquels confondent la démocratie représentative avec la royauté et les lieux du pouvoir avec leur patrimoine familial. Chacun de ces foudres de guerre tente en effet de léguer son mandat en héritage familial. La lutte est âpre. Les manants, pardon, les citoyens regardent, aussi passifs qu’une belle d’Aubrac.

Qu’en est-il, côté démocratie participative ?
A la réunion de quartier qu’il m’arrive de fréquenter, le gadget fonctionne sur le type grand messe avec déploiement de diaporamas, auto congratulation, et paternalisme assuré pour la citoyenne qui parvient à poser une question d’ordre bassement matériel, ayant imaginé, la pauvre qu’on pouvait et qu’on devait même exposer là les petits dysfonctionnements du quotidien dans la sphère publique. On lui fait même un dessin !

Comment se porte la société civile ?
Fort bien en apparence ,vu le nombre d’associations qui s’activent sur le piton et ailleurs.
Mais il y a association et association. La récente mésaventure arrivée à l’ADMD et la LP Rodez sur la réservation d’une salle pour une conférence sur la législation qui encadre la fin de vie, démontre que le principe d’égalité de traitement que l’on est en droit d’attendre, prend l’eau. L’indigence dans l’offre de salles gratuites ou peu onéreuses tend à écarter le petit associatif, (petit par référence à la taille de l’association) surtout s’il est mal pensant vers des lieux non pas exotiques mais éloignés. A Rodez, les salles de réunion gratuites sont au nombre de trois, ici au parking Foch. Deux sont sans fenêtre, si bien qu’on pourrait parler par une analogie facile à décrypter d’associatif des caves.

L’éducation populaire

Une « université du temps libre du Rouergue» a vu le jour à l’IUT. 750 inscriptions pour une première année. Elle est payante (38€) et « touche à tout ». Elle m’apparaît de loisirs c’est à dire remplissant l’urne plutôt qu’allumant le feu.
Les adhérents ont demandé que soient traités les thèmes des religions et des sciences. Les religions seront abordées dans le cadre de leurs relations avec l’Etat, l’actualité de la laïcité et les principales feront l’objet d’une conférence. De l’athéisme il n’est pas question alors qu’il en est le revers ; aucune approche des relations sciences et religions , pourtant d’actualité.


Sur la laïcité

Il n’est que de lire notre bulletin pour avoir un aperçu des entorses à la loi de séparation de 1905. Nous les dénonçons. Nous déplorons que des associations amies ne montrent pas la même exigence ou même par exemple se commettent avec leurs homologues de l’enseignement privé probablement pour un avantage matériel . Je veux parler de la journée commune USEP USEL.
Dans ce domaine nous ne serons jamais complaisants.
La lecture quotidienne de la presse locale confirme au travers des diverses manifestations organisées, dont elle rend compte, de l’importance et de l’influence grandissante de la prégnance religieuse dans la vie du département.
Nous pourrions penser que cet état de fait est une particularité locale, résiduelle. Il n’en est rien Il n’est que de constater la présence des élus nationaux aux cérémonies religieuses, la facilité avec laquelle les dignitaires religieux sont consultés dans les comités et commissions de toutes sortes.

Récemment une émission de télévision ( « Ce soir ou jamais ») invitait croyants et laïques à débattre sur la question « Etre chrétien au 21e siècle » On aurait pu s’attendre à des échanges courtois , argumentés et raisonnables. Il n’en fut rien : un journaliste fraîchement converti et un directeur d’édition, fondamentaliste, firent assaut d’autorité coupant la parole , répondant à côté des questions , vibrionnant, un troisième, philosophe, étant cependant plus pondéré . Face à eux, les Laïques respectueux des règles du débat démocratique, peinaient à se faire entendre. On ne peut s’empêcher de penser que la démocratie porte en elle les valeurs que des opposants résolus pervertissent en outils qu’ils savent retourner contre elle .

Sur France culture un débat s’intitulait : « Les intégrismes religieux menacent-ils la science ? » par suite de l’envoi dans les lycées de l’Atlas de la création, que le ministre De Robien a demandé aux recteurs de veiller à ce que cet ouvrage, qui « ne correspond pas au contenu des programmes scolaires établis par le ministère », ne se retrouve pas dans les mains des élèves. Le débat est devenu : la religion et les sciences Face à Jacques Arnould, théologien, chargé de mission pour les questions d'éthiques au CNES, qui prend clairement position : non pas Dieu ou Darwin, mais Dieu et Darwin, une seule participante Marie-Christine Maurel, professeur de biologie et biochimie à l'Université Pierre-et-Marie-Curie a déclaré, elle, presque en s’excusant, que ce débat n’avait pas lieu d’être puisque la religion et les sciences ne participent pas du même objet.
Non seulement le débat a lieu mais il est concevable que la religion puisse prendre place au côté des sciences dans l’expression des connaissances scientifiques,ce qui nous fait régresser à des siècles en arrière.

Sur nos effectifs

A dire vrai nous n’avons fait aucun prosélytisme , préférant d’abord consolider notre réflexion et notre capacité à travailler ensemble. Le Journal nous fait connaître .
Il faut cependant décider comment nous pouvons nous développer, si nous devons le faire et si oui, comment (avec qui, intra et hors département) .

Ma conclusion sera brève : compte tenu de ce petit balayage, il est indispensable que la LP fasse entendre sa voix , de rationalité, dans un discours fondé sur les valeurs républicaines de liberté, égalité, fraternité, laïcité qui nous réunissent . Elle se doit d’occuper le terrain avec tous ceux qui les partagent, en toute égalité et sans compromission.


Les rapports ont été votés à l’unanimité
Rodez le 16 juin 2007