20.3.16

Le sondage accablant pour l'Eglise catholique





Un sondage réalisé par Odoxa pour le Parisien-Aujourd’hui en France sur Les Français et l’Eglise, publié ce dimanche 20 mars, est accablant pour le clergé catholique, dont l'une des principales figures, le cardinal Barbarin, est la cible de critiques dans plusieurs affaires de pédophilie dont il n'aurait pas pris la mesure.

"L’Eglise pâtit aujourd’hui d’une mauvaise image que les récentes polémiques sur les affaires de pédophilie n’ont guère améliorée", estime Gaël Sliman, président d'Odoxa.

1 - Une majorité de Français (56% contre 43%) a une mauvaise image de l’Eglise catholique

2 – Sur notre « crible » d’image détaillé l’Eglise apparaît à la fois très/trop conservatrice, trop éloignée du quotidien des Français et trop opaque.

3 - Pour les Français l’Eglise est globalement à sa place quant à son intervention actuelle dans les débats agitant la société française, mais ils souhaiteraient tout de même moins l’entendre sur les questions de morale sexuelle et plus l’entendre sur les questions liées à la lutte contre l’exclusion ou à l’environnement

4 – Les Français comme les catholiques pratiquants seraient très favorables à ce que l’Eglise s’engage dans des réformes importantes, y compris sur la pilule, le préservatif ou le mariage des prêtres

5- Les Français jugent très sévèrement l’attitude de l’Eglise face aux affaires de pédophilie et estiment (63% contre 36%) que le Cardinal Barbarin devrait démissionner

"La cote d’amour de l’Eglise est bien basse mais les leviers pour redorer son blason ne manquent pas. Les Français aspirent à une Eglise plus investie dans les débats concernant la société française, plus proche du « peuple », plus moderne, moins refermée sur elle-même et plus capable de révéler et de sanctionner les dérives terribles liées à la pédophilie. Cela tombe bien car cela ressemble beaucoup aux grands axes de la « politique » initiée par le pape François, justement, lui, très populaire.", explique Gaël Sliman.

On peut toutefois s'étonner justement que le Vatican ne prenne aucune mesure conservatoire à l'encontre du cardinal Barbarin dont les explications ont jusqu'alors été très confuses. Le respect de la présomption d'innocence n'empêche pas la responsabilité.